Nouvelles brèves, problèmes de voisinage

Un voisin autoritaire (bis) au n° 10

Par 16 septembre 2018 juin 11th, 2019 No Comments

Dimanche 16 septembre 2018, « journée du patrimoine » dans toute la France, mais aussi « journée sans voiture » à Paris : les banlieusards ne sont pas les bienvenus. Il faut donc prendre le risque de se promener dans les rues de Maisons-Alfort, la commune où il fait bon vivre, mais pour certains seulement.
Avenue Léon Blum, devant l’entrée du n° 6, vers 20h10, je m’écarte pour laisser cheminer un passant, qui vient de garer sa voiture (BT-688-MY/94 – initialement BT-688-MY/37) devant le n° 2 : j’ai reconnu l’indigène qui, mardi 20 mars 2018 vers 19h40, m’avait déjà interdit de me promener sur le domaine public, et qui, entre le 1er et le 15 juillet 2015, s’était fait remarquer par ses activités nocturnes bruyantes en contrebas du n° 6. Et ça ne loupe pas, il s’arrête et récidive : « Vous n’avez pas le droit de vous promener ici » parce que « vous regardez les voisins ». Et cette fois-ci, il ajoute qu’il va « porter plainte au commissariat ». Je l’invite à le faire, et je lui rappelle que la liberté d’aller et venir est toujours garantie par la Constitution de 1958.
Je l’informe aussi que l’individu du n° 4 avenue Blum qui m’avait frappé le 12 février 2017 par pour les mêmes motifs (« interdiction de se promener avenue Blum » et « interdiction de regarder les voisins » qui traînent dans la rue) a déménagé récemment.
Finalement, chacun repart de son côté. Ouf !

Print Friendly, PDF & Email