Revue de Presse

Écoutes téléphoniques

Par 28 décembre 2016 juillet 17th, 2019 No Comments

Mardi 28 décembre 2016, la direction générale de la police nationale (D.G.P.N.) a diffusé un message interne autorisant ses services à s’adresser à six prestataires privés plutôt qu’à la plate-forme nationale des interceptions judiciaires (P.N.I.J.). Les syndicats de magistrats et de policiers s’étaient plaints de « bugs, coupures, pertes de données, lourdeurs, failles… » de ce système informatique.
La Cour des comptes avait relevé des dépassements de coûts et de délais concernant ce marché public attribué à la société THALES.

Source : journal « Le Monde » daté des 31 décembre 2016 et 1-2 janvier 2017 (page 10)

Les magistrats qui supervisent les médiations pénales estiment qu’il n’est pas nécessaire de respecter le secret professionnel. Les employés des « six prestataires privés » de la police nationale sont-ils tenus de respecter le secret professionnel ?

Print Friendly, PDF & Email