Revue de Presse

Coups de feu à Bagnolet

Par 27 avril 2018 juin 7th, 2019 No Comments

Fin avril, des coups de feu ont été tirés à Bagnolet (Seine-Saint-Denis). Le maire de Bagnolet a demandé des renforts de police au préfet, puis au ministre de l’Intérieur.
Sources (radio et sites web) :
– France-Info (bulletin d’information du 28/04/2018 – 7h30)
– www.bagnolet.fr (site web de la mairie – communiqué du 28/04/2018)
– www.liberation.fr (article du 28/04/2018 à 11h36)
Ainsi que :
– Bulletin municipal de Maisons-Alfort – n° 464 (avril 2018 – page 27) diffusé le 13/04/2018

Toutes les commissariats des grandes villes de France manquent de personnel : ces derniers mois, les médias ont relayé les demandes de Grenoble, Amiens, Marseille, suite à divers incidents. On constate qu’à Bagnolet aussi, la population est confrontée à des problèmes concrets, très différents de ceux qui inquiètent le nouveau maire de Maisons-Alfort (« vols de mouchoirs en papier dans les parkings souterrains », selon les affiches du syndic CB2i). La demande du maire de Bagnolet (envoyer des policiers en renfort dans sa commune) est pertinente.
Par contre, Maisons-Alfort est une commune déjà abondamment pourvue en gendarmes (avenue Busteau) et en services de sécurité français ou étrangers (dans les copropriétés avoisinantes). Ce qui provoque dans ces immeubles une « criminalité » dont les victimes sont les citoyens qui font preuve d’esprit critique vis-à-vis des activités délictueuses de ces services (par exemple : pneus avant de ma voiture crevés le 5 mai 2015 ; comptes falsifiés du syndic approuvés par l’assemblée générale et aussi par la cour d’appel de Paris). Comme le dit le proverbe : « Forces spéciales, conneries spéciales ».
Néanmoins, dans le bulletin municipal d’avril 2018, le maire expose encore une fois son opposition au projet de l’État, qui a décidé de réorganiser les services de police du Val-de-Marne. Le nouveau maire craint que cette réorganisation ne s’achève par la fermeture définitive des commissariats d’Alfortville et de Charenton-le-Pont, et rappelle le vœu émis par le conseil municipal lors de la séance du 15 février 2018, ainsi que la demande d’effectifs supplémentaires adressée au ministre de l’Intérieur par le député de la circonscription.
La fermeture du commissariat de Maisons-Alfort serait plutôt une amélioration : l’immeuble est en bon état et pourrait être réaménagé en centre d’hébergement pour personnes sans abri, d’une capacité de soixante-dix lits.

Print Friendly, PDF & Email