Revue de Presse

Condamnations pour apologie du terrorisme

Par 29 mars 2018 juin 7th, 2019 No Comments

En France, deux personnes ont été jugées pour « apologie du terrorisme », à cause de leur manière de commenter sur Internet les attentats de Trèbes et Carcassonne.
Mardi 27 mars 2018, un militant du parti politique « La France Insoumise » a été condamné en comparution immédiate à un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Lisieux (département du Calvados) ; cet internaute a déclaré de ne pas faire appel ;
Jeudi 29 mars 2018, une militante de la cause animale a été condamnée à sept mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Saint-Gaudens (département de Haute-Garonne).
Selon la circulaire diffusée par Mme Christiane TAUBIRA, alors qu’elle était ministre de la Justice, l’apologie du terrorisme consiste à commenter « des actes de terrorisme en portant sur eux un jugement moral favorable ».
Sources (sites web) :
[https://]www.huffingtonpost.fr (article du 24/03/2018 à 14h02)
[https://]www.tdg.ch (article du 29/03/2018 à 18h15)

Il n’en demeure pas moins que la stratégie adoptée depuis septembre 1999 (deux ans avant septembre 2001 !) par les services de sécurité stationnés et domiciliés à Maisons-Alfort a démontré une fois de plus son inefficacité, et le danger qu’elle présente pour ses propres membres.
Critiquer les agissements délictueux des services de sécurité ne signifie pas que l’on porte un jugement moral favorable sur des « actes de terrorisme ». Cela veut seulement dire que l’on n’a aucune estime pour des gens qui (on peut le constater quotidiennement lorsqu’on réside à Maisons-Alfort) se font mousser grâce au bricolage anti-salafiste.
Des événements tragiques de grande ampleur, qui attirent l’attention de l’opinion publique dans les autres pays, ont souvent permis à des petits malins sans scrupules, simples particuliers « à l’esprit faible ou instable » mais aussi et surtout aux services de sécurité des États, d’accomplir discrètement des activités incontestablement criminelles dans des périmètres géographiques restreints :
– pendant la guerre de Sécession (1861-1865), la répression s’est accrue contre les Indiens d’Amérique du nord (massacres de masse) ;
– pendant la guerre de 1914-1918, un génocide a eu lieu en Turquie ;
– pendant la guerre d’Algérie (1955-1962), l’armée française a bombardé des villages du Cameroun ;
– depuis septembre 2001, les pays occidentaux, sous prétexte de lutter contre le djihadisme, altèrent les constitutions de leurs pays ou édictent des lois qui vident ces constitutions de leur substance, afin de restreindre les droits fondamentaux des citoyens qui n’ont rien à voir avec le djihadisme.

Print Friendly, PDF & Email